Les histoires des amoureux du canal


LA PETITE HISTOIRE DE JEAN-CLAUDE DREYFUS

 ACTEUR ET AMBASSADEUR DU CANAL DU MIDI



LES PETITES HISTOIRES DE NOS AMBASSADEURS DU CANAL DU MIDI

 

 

 

LA PETITE HISTOIRE DE JEAN-LOUIS MAURI

ÉCLUSIER ITINÉRANT DEPUIS 26 ANS SUR LE CANAL DU MIDI

 

Être éclusier sur le canal du Midi, en quoi ça consiste aujourd’hui ?

On s’occupe essentiellement de la navigation des écluses : la mise en valeur de l’écluse, le petit entretien, le fourchage, le nettoyage de ce qui pourrait gêner pour la navigation. On fait aussi de petits dépannages quand les usagers font de mauvaises manœuvres, et on s’occupe du renseignement, des indications auprès des usagers, de la délivrance des vignettes pour la navigation… On essaye d’être polyvalents !

Parfois c’est un peu difficile, surtout quand les conditions météo ne sont pas au rendez-vous : il arrive qu'on travaille sous la neige ! Mais on vit aussi des moments sympathiques, avec de drôles de scènes. Par exemple quand une embarcation se retourne et qu’il faut repêcher un estivant tombé à l’eau, on rigole bien !

 

Une écluse sous la neige



Comment ça marche, une écluse ?

 L’écluse c’est un ascenseur pour prendre une différence de niveau. Elle peut aller de 50 centimètres à près de 2 mètres sur le canal. Le bateau entre dans le bassin par une première porte, on la referme, puis on ajuste le niveau de l’eau du bassin jusqu’à ce qu’on soit au même niveau que derrière la deuxième porte. On ouvre la porte et le navigateur peut continuer son chemin !


En dehors du travail, le canal du Midi c’est aussi un lieu où vous revenez pour des balades en bateau ou sur les berges ?

 Le canal j’y travaille et j’y vis dans une maison éclusière à l'écluse du Gua au niveau de Narbonne. J’y fais aussi des balades à vélo avec ma femme. Au final j’y suis quotidiennement même en dehors du boulot ! Quand on y rentre on a tendance à y rester.

 

Vous qui voyez le canal du Midi tous les jours, comment se manifeste le chancre coloré ?

 Ca c’est sûr que ca fait mal au ventre de voir l’efficacité du champignon ! Et surtout son incroyable vitesse de propagation ! Quand on a commencé à en parler il y a quelques années, on ne savait pas du tout ce que c’était, et aujourd’hui on voit des arbres qui meurent en l’affaire de 3 ans. Les platanes perdent leurs feuilles, deviennent secs et on finit par être obligé de les arracher pour limiter la propagation. Du coup on se retrouve avec des zones vides, c’est triste à voir ! Mais ici on ne désespère pas, grâce aux dons, nous pourrons replanter le canal partout où le chancre coloré a fait des dégâts !

 

On a tous envie de sauver ce canal, truffé de paysages magiques… Votre coin magique à vous, le plus bel endroit du canal selon vous, où est-il ?

 Sans vouloir faire de chauvisnisme, puisque ca fait partie de mon secteur, c’est quand  même la fin du canal de la Robine. Il serpente au milieu des étangs et s’ouvre sur la mer. Les 10 derniers kilomètres, ca c’est une vue qu’on ne voit pas partout sur le canal ! C’est vrai que c’est un endroit magnifique.

 

 

La fin du canal de la Robine